Lecture rapide

Calculer votre vitesse de lecture

Vous rêvez de pouvoir lire plus vite. De pouvoir apprendre plus en moins de temps. Mais vous trouvez que vous ne lisez pas assez vite ; que vous ne retenez pas ce que vous lisez, ou pas suffisamment. 
L’apprentissage de la lecture rapide va vous permettre d’améliorer votre vitesse de lecture ainsi que votre niveau de rétention des informations

“La lecture est à l’esprit ce que l’exercice est au corps.”

J. Addison

Vitesse de lecture - livres empilés

Évaluez votre vitesse de lecture

Mais avant tout, vous allez d’abord calculer votre vitesse de lecture. Il est important de le faire dès le début avant de voir les différentes techniques pour avoir une valeur de référence et pour pouvoir vous situer.

Lisez le texte ci-dessous à votre vitesse habituelle et chronométrez-vous :

Dantès passa tous les degrés du malheur que subissent les prisonniers oubliés dans une prison.

Il commença par l’orgueil, qui est une suite de l’espoir et une conscience de l’innocence ; puis il en vint à douter de son innocence, ce qui ne justifiait pas mal les idées du gouverneur sur l’aliénation mentale ; enfin il tomba du haut de son orgueil, il pria, non pas encore Dieu, mais les hommes ; Dieu est le dernier recours. Le malheureux, qui devrait commencer par le Seigneur, n’en arrive à espérer en lui qu’après avoir épuisé toutes les autres espérances.

Dantès pria donc qu’on voulût bien le tirer de son cachot pour le mettre dans un autre, fût-il plus noir et plus profond. Un changement, même désavantageux, était toujours un changement, et procurerait à Dantès une distraction de quelques jours. Il pria qu’on lui accordât la promenade, l’air, des livres, des instruments. Rien de tout cela ne lui fut accordé ; mais n’importe, il demandait toujours. Il s’était habitué à parler à son nouveau geôlier, quoiqu’il fût encore, s’il était possible, plus muet que l’ancien ; mais parler à un homme, même à un muet, était encore un plaisir. Dantès parlait pour entendre le son de sa propre voix : il avait essayé de parler lorsqu’il était seul, mais alors il se faisait peur.

Souvent, du temps qu’il était en liberté, Dantès s’était fait un épouvantail de ces chambrées de prisonniers, composées de vagabonds, de bandits et d’assassins, dont la joie ignoble met en commun des orgies inintelligibles et des amitiés effrayantes. Il en vint à souhaiter d’être jeté dans quelqu’un de ces bouges, afin de voir d’autres visages que celui de ce geôlier impassible qui ne voulait point parler ; il regrettait le bagne avec son costume infamant, sa chaîne au pied, sa flétrissure sur l’épaule. Au moins, les galériens étaient dans la société de leurs semblables, ils respiraient l’air, ils voyaient le ciel ; les galériens étaient bien heureux.

Il supplia un jour le geôlier de demander pour lui un compagnon, quel qu’il fût, ce compagnon dût-il être cet abbé fou dont il avait entendu parler. Sous l’écorce du geôlier, si rude qu’elle soit, il reste toujours un peu de l’homme. Celui-ci avait souvent, du fond du coeur, et quoique son visage n’en eût rien dit, plaint ce malheureux jeune homme, à qui la captivité était si dure ; il transmit la demande du numéro 34 au gouverneur ; mais celui-ci, prudent comme s’il eût été un homme politique, se figura que Dantès voulait ameuter les prisonniers, tramer quelque complot, s’aider d’un ami dans quelque tentative d’évasion, et il refusa.

Dantès avait épuisé le cercle des ressources humaines. Comme nous avons dit que cela devait arriver, il se tourna alors vers Dieu.

Toutes les idées pieuses éparses dans le monde, et que glanent les malheureux courbés par la destinée, vinrent alors rafraîchir son esprit ; il se rappela les prières que lui avait apprises sa mère, et leur trouva un sens jadis ignoré de lui ; car, pour l’homme heureux, la prière demeure un assemblage monotone et vide de sens, jusqu’au jour où la douleur vient expliquer à l’infortuné ce langage sublime à l’aide duquel il parle à Dieu. Il pria donc, non pas avec ferveur, mais avec rage. En priant tout haut, il ne s’effrayait plus de ses paroles ; alors il tombait dans des espèces d’extases ; il voyait Dieu éclatant à chaque mot qu’il prononçait ; toutes les actions de sa vie humble et perdue, il les rapportait à la volonté de ce Dieu puissant, s’en faisait des leçons, se proposait des tâches à accomplir, et, à la fin de chaque prière, glissait le voeu intéressé que les hommes trouvent bien plus souvent moyen d’adresser aux hommes qu’à Dieu : Et pardonnez-nous nos offenses, comme nous les pardonnons à ceux qui nous ont offensés.

Malgré ses prières ferventes, Dantès demeura prisonnier.

Alors son esprit devint sombre, un nuage s’épaissit devant ses yeux.

Extrait du “Comte de Monte-Cristo, Tome I” de Alexandre Dumas Père

Convertissez le temps que vous avez mis à lire ce texte en secondes et faites le calcul suivant :

38940 / votre temps de lecture en seconde

Le résultat vous donne votre vitesse de lecture actuelle en mots par minute (mpm).

Quel type de lecteur êtes-vous ?

Maintenant que vous savez à quelle vitesse vous lisez, nous allons voir à quel type de lecteur vous appartenez.

Voici le référentiel pour pouvoir vous situer.

  • Un lecteur lent lit entre 100 et 200 mpm.
  • Un lecteur moyen lit entre 200 et 300 mpm.
  • Un bon lecteur lit entre 300 et 400 mpm.
  • Un excellent lecteur entre 400 et 500 mpm
  • Un lecteur rapide lit plus de 500 mpm.

Suivant les sites ou les livres, ce référentiel varie. De mon point de vue, dès que vous dépassez 500 mpm vous êtes déjà un lecteur rapide.

Quel que soit l’endroit où vous vous situez dans ce référentiel, les méthodes pour apprendre à lire plus vite peuvent vous faire progresser. Elles se répartissent en 2 catégories, lecture linéaire et lecture non linéaire, qui elles-mêmes se divisent en plusieurs techniques.

Les techniques de lecture linéaire vous permettront de parvenir à lire plus de 500 mpm.

Les techniques de lecture non linéaire vous permettront de faire ressortir très rapidement les éléments importants d’un texte. Et combinées aux techniques de lecture linéaire, elles vous aideront à devenir un lecteur rapide selon la classification ci-dessus.

La lecture rapide, oui, mais pour qui !

La lecture rapide est faite pour tout le monde, les étudiants qui doivent passer des examens ou apprendre des cours ; les salariés qui veulent passer des certifications et augmenter leur connaissance pour mieux avancer dans leur projet professionnel et booster leur carrière ; ou toute personne qui souhaite améliorer rapidement ses connaissances dans un domaine.

Une fois que vous maîtriserez les techniques de lecture rapide, vous pourrez choisir quelles techniques vous voulez appliquer pour telle ou telle lecture. Vous ne serez pas obligé de lire vite tout le temps. C’est un peu comme marcher et courir. Vous savez faire l’un et l’autre mais vous choisissez à quelle vitesse vous voulez aller. Vous ne courrez pas tout le temps. C’est vous qui choisissez si vous voulez marcher tranquillement et profiter du paysage ou au contraire vous rendre le plus rapidement possible d’un point A à un point B. Entre ces 2 extrêmes, il y a un éventail de possibilités, de vitesses que je ne vais pas détailler ici 😉 !

Pour la lecture rapide c’est la même chose, vous choisirez en fonction de vos besoins !

Je n’ai d’ailleurs pas mentionné la lecture détente ci-dessus car il s’agit justement de détente et non de performance et de productivité !

Dans les articles suivants, je vous parlerais des techniques de lecture rapide linéaire et non linéaire.

J’espère que cet article vous aura été utile ! N’hésitez pas à commenter pour me dire à quelle vitesse de lecture vous êtes ! 

Si vous avez aimé cet article, vous êtes libre de le partager ! :)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
À ne pas rater !
Cet article vous a plu ?
Allez encore plus loin en téléchargeant gratuitement votre guide numérique "Une méthode simple et efficace pour tout retenir facilement !"
Adresse e-mail non valide
Je hais les spams : votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. En vous inscrivant ici, vous recevrez des articles, vidéos, offres commerciales, podcasts et autres conseils pour vous aider à développer votre mémoire et tout ce qui peut vous y aider directement ou indirectement. Voir mentions légales complètes en bas de page. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.

17 commentaires

  • Clelia

    Tres interessant. Je découvre un nouveau domaine. Je ne savais pas qu’il existait des techniques pour améliorer son temps de lecture😉

  • Lecture DC

    Bon je savais que j’étais un lecteur lent, mais avec 153 mpm je ne suis même pas dans les catégories haha. En tout cas super exercice. Je regarderai la suite de tes articles pour voir si je peux mettre des choses en place pour lire un peu plus vite :).

  • Tara Heyoka

    Super article, merci beaucoup! Cela donne envie d’en apprendre davantage et le sujet de votre blog m’intéresse grandement! 🙂 Et pour le test, j’en suis à 216mpm et j’ai l’impression en ce qui me concerne qu’il s’agît plutôt de problèmes de concentration. Beaucoup de pensées surviennent pendant la lecture qui m’obligent souvent à relire des phrases déjà “lues”! Je suivrai le développement de votre blog avec attention et intérêt!! Très belle continuation à vous!

    • Morgan

      Merci pour votre retour ! Les problèmes de concentration arrivent quand on a une lecture dite “passive” qui fait qu’on se laisse porter par ce qu’on lit et que l’esprit à tendance à s’évader. Le fait d’augmenter la vitesse de lecture devrait résoudre ce souci 🙂 !

  • alc39

    Merci, cet article est très intéressant ! Ma vitesse de lecture pour ce passage est de 187 mpm. Je pense que ma vitesse de lecture varie selon les formes de textes, d’ailleurs j’ai lu plus vite le reste de votre article, bien que je reste un lecteur moyen au mieux de ma forme. Cela dit je suis maintenant intrigué et attends la suite de vos articles. Alors à bientôt…

    • Morgan

      Effectivement, la vitesse de lecture varie suivant le texte lu, la taille de police ou la disposition du texte. Il y a plusieurs facteurs à prendre en compte. Le test ci-dessus permet d’avoir un point de comparaison.

  • sparrowpastavarda25224

    350. Entre le moyen et le bon lecteur. Je vais vous suivre avec attention. Ça fait des années que je souhaite en apprendre davantage sur ces techniques. A bientôt

  • Benoit - Jappanda

    Bonsoir Morgan,

    De mon côté je suis à 188 mpm. En fait j’ai rencontré un problème de lecture, j’ai butté sur des mots que j’ai dû relire.
    En effet la typographie du texte est différente de celle de ton article. Avec le fond blanc en plus, visuellement je voyais des parties de lettres se fondre dans le blanc (une précision, je ne sais pas si c’est utile, je suis astigmate, j’ai des lunettes adaptées, et surement dyslexique non diagnostiqué).

    Peut être une bonne idée, un article type “la lecture rapide et la presbytie / l’hypermétropie / l’astigmatie…” non ?

    Bonne soirée,

    Benoit

Laisser un commentaire